Schieven Regards V – Adeline Devos : « On ne voit bien qu’avec le cœur »

Schieven Regards V – Adeline Devos : « On ne voit bien qu’avec le cœur »

Adeline s’est initiée au 8e art au cours d’une trentaine d’ateliers organisés par Les Amis des Aveugles et Malvoyants (Mons) en collaboration avec le Musée de la Photographie. Lors de ceux-ci, elle a appris à apprivoiser les aspects techniques et théoriques de la photographie, développant sa propre stratégie pour s’épanouir dans la discipline. Adeline expose en 2021 au Musée de la Photographie dans le cadre de l’exposition collective Blind photo avec 3 autres photographes déficientes visuelles.    

« Si j’étais une photo, je serais une plage de sable fin avec derrière une eau bleu où l’on voit les poissons au travers. Le ciel serait azur sans aucun nuage, la mer serait calme sans aucune vague. Au centre de cette photo, on pourrait y voir une bande de chevaux sauvages en train de galoper à toute vitesse la crinière au vent. Quelques uns sur le côté restent calme, d’autres s’apprêtent à rejoindre le groupe au galop. 

Le son est essentiel lorsque je prends une photo, il me sert de repère. »

Adeline Devos, 29 ans, malvoyante de naissance, aveugle depuis l’âge de 17 ans.

On ne voit bien qu’avec le cœur

« On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. » Antoine de Saint-Exupéry, Le petit Prince

Nous vivons dans une société où la vue est souveraine et où l’image conditionne notre quotidien. Comment faire alors pour voir quand on est privé d’images ? Comment percevoir le monde quand on perd la vue ? Et surtout, comment photographier ce qu’on ne peut voir ? 

A travers l’exposition de ses photographies, Adeline Devos, déficiente visuelle et passionnée de photos, prouve qu’une image n’est pas uniquement vue. Celle-ci est multisensorielle car elle peut être ressentie avec l’aide de tous les autres sens. Si le monde qu’elle perçoit est dépourvu d’images, il reste néanmoins fourmillant d’odeurs, de sons, d’objets à toucher, de souvenirs et d’un tas de choses qui viennent recomposer ses images mentales et évoquer une imagination sensorielle qui échappent aux codes esthétiques. 

Laissez-vous guider par l’univers d’Adeline et sa vision qui transcende les préjugés.


Article « Aveugle, Adeline Devos éclaire Bruxelles de son regard photographique » par Julien Rensonnet sur lavenir.net

Impossible de rester sourd à l’émotion surgie des photos d’Adeline Devos. Fresques, statues, passages… : la photographe non-voyante expose une série de prises capturées au centre de Bruxelles. On y contemple la ville comme elle la voit. Et c’est extrêmement touchant.

Julien Rensonnet sur lavenir.net


L’exposition « Schieven Regards V » organisée par le collectif de photographes « Bruxelles Pixels » aura lieu du 3 au 18 décembre 2022 au centre d’arts pluriels ‘AUTONOMIE dans le cadre de la deuxième édition de « ZOOM, la quinzaine de la photographie à Bruxelles« .

Follow us on Facebook / Follow us on Instagram / Register to our Mailing List

Bruxelles Pixels remercie pour leur soutien / Bruxelles Pixels thanks for their support :
Ars Varia, la COCOF, ZOOM la quinzaine de la photographie de Bruxelles , Jo&Z Lab & Artesio

Dossier de Presse

@bruxellespixels #schievenregards #makebrusselstofagain #cocof
@arsvaria @autonomie_brussels @artesio_bruxelles

#photographie #photo #bruxelles #brussels #brussel #exposition #exhibition #tentoonstelling #decembre #december #2022 #foto

Make Brussels Tof Again !


Schieven Regards V – Kevin Scarlett : « Julien »

Schieven Regards V – Kevin Scarlett : « Julien »

Kevin is a English photographer and designer based in Brussels. He’s interested in everyday life, people, community, whether global or local.
Taking pictures is his way of understanding where the connections lie. He endeavours to go beyond ‘More than seeing’. He try’s to capture essence, emotions, enigmatic light and shadow, all played within complex yet simple frames.

Julien

In 1619 the city of Brussels commissioned the sculptor Hiëronymus Duquesnoy the task of replacing the old stone fountain known as the Julianekensborre with the bronze statuette we know today. Little did he know that four centuries later it would be the adopted mascotte of the city and enjoy wider global fame.

Perhaps best known as ‘Manneken Pis’, but also as Julianske, Petit Julien or simply the Little Peeing Boy. He is a global phenomenon, a true member of the global community and beloved by everyone.

In times of polarisation and division, it is important to recognise and celebrate the things that bring us together. Manneken Pis is one of them and 2019 brought the four-hundredth anniversary of his being. Situated in central Brussels, the world throngs at his feet daily, either in half- hearted worship or utter disbelief.

An alter ego for the person we all want to be, rebel, angel, an I don’t give a damn personality that we all can appreciate. It is no wonder he is the proud symbol of Brussels and of Belgium. Split in all their diversity yet unified in the common disregard for the normal, where surreal is the norm and reality absurd. The Anti-hero gives one finger to the establishment, to his unassumed role as international celebrity and has indeed not given a damn for over four centuries!

In 2017 Kevin Scarlett, a Brit who has called Brussels his home for more than 30 years began a 2 year photo project to try to capture what he found unique and noteworthy of the area around this famous fountain.

What started off as a photographic exploration gradually evolved. He found himself confronted with not only hoards of babbeling daytrippers, students and hen parties but also many conflicting views on globalisation, fraternity and tourism.



L’exposition « Schieven Regards V » organisée par le collectif de photographes « Bruxelles Pixels » aura lieu du 3 au 18 décembre 2022 au centre d’arts pluriels ‘AUTONOMIE dans le cadre de la deuxième édition de « ZOOM, la quinzaine de la photographie à Bruxelles« .

Follow us on Facebook / Follow us on Instagram / Register to our Mailing List

Bruxelles Pixels remercie pour leur soutien / Bruxelles Pixels thanks for their support :
Ars Varia, la COCOF, ZOOM la quinzaine de la photographie de Bruxelles , Jo&Z Lab & Artesio

Dossier de Presse

@bruxellespixels #schievenregards #makebrusselstofagain #cocof
@arsvaria @autonomie_brussels @artesio_bruxelles

#photographie #photo #bruxelles #brussels #brussel #exposition #exhibition #tentoonstelling #decembre #december #2022 #foto

Make Brussels Tof Again !


Schieven Regards V – Kristell in Wonderland : Wallpaper Stories

Schieven Regards V – Kristell in Wonderland : Wallpaper Stories

Née en 1980 au cœur de l’Europe, Kristell In Wonderland (alias Kristell Lowagie) est une artiste visuelle, qui mélange photographie de studio et collage numérique. Elle a des racines belges, polonaises et juives. Sa grand-tante et son grand-cousin sont morts à Auschwitz pendant la Seconde Guerre mondiale. Son grand-père juif a été caché par sa grand-mère pendant toute la guerre. Ces histoires de famille ont grandement influencé sa vision du monde.

Quand elle avait 11 ans, elle a regardé le film de Tim Burton « Edward Scissorhands » et cela a eu un impact artistique profond sur elle. Elle a consacré les 25 prochaines années de sa vie à la musique rock et métal en tant que chanteuse. Au cours de ces années musicales, elle a dû travailler sur les visuels des groupes : création de logos, pochettes d’albums, photoshoots de groupes et même de clips.

Elle a étudié la publicité à l’IHECS à Bruxelles. Elle a également suivi des études de graphiste. Après avoir travaillé sur l’artwork de son album solo en 2017, elle a décidé de créer un artwork basé sur Alice au pays des merveilles. Elle a pris des photos de sa fille (6) et a mélangé les photos avec un collage numérique. Kristell In Wonderland était née.

L’artiste revisite les contes de fées, propose une version cynique de la pin-up ou réinterprète à sa manière poétique des drames écologiques et sociaux. Elle propose des compositions photographiques et numériques, qui mêlent vintage, kitsch, iconographie religieuse, symboles modernes et fantastiques.

D’abord obsédée par le portrait des petites filles et de leur innocence, elle photographie maintenant des personnes d’âges, d’horizons et de personnalités variés. Chaque image a sa propre narration.

Wallpaper Stories

Portraits de personnalités et artistes bruxellois.

Photographie studio et art digital / effet « sortie de mur »



L’exposition « Schieven Regards V » organisée par le collectif de photographes « Bruxelles Pixels » aura lieu du 3 au 18 décembre 2022 au centre d’arts pluriels ‘AUTONOMIE dans le cadre de la deuxième édition de « ZOOM, la quinzaine de la photographie à Bruxelles« .

Follow us on Facebook / Follow us on Instagram / Register to our Mailing List

Bruxelles Pixels remercie pour leur soutien / Bruxelles Pixels thanks for their support :
Ars Varia, la COCOF, ZOOM la quinzaine de la photographie de Bruxelles , Jo&Z Lab & Artesio

Dossier de Presse

@bruxellespixels #schievenregards #makebrusselstofagain #cocof
@arsvaria @autonomie_brussels @artesio_bruxelles

#photographie #photo #bruxelles #brussels #brussel #exposition #exhibition #tentoonstelling #decembre #december #2022 #foto

Make Brussels Tof Again !


Schieven Regards IV – Etienne Ketelslegers : « Un si calme Canal »

Etienne KETELSLEGERS photographie les paysages naturels et urbains. 

Les photographies qu’il expose ont pour propos d’illustrer le potentiel esthétique du Canal de Bruxelles, souvent non intentionnel et parfois méconnu. 

Un si calme Canal 

Je marche seul 

Le long du Canal 

Sans faire de vague

Avec comme un lointain écho, 

L’appel du large 



L’exposition « Schieven Regards IV » organisée par le collectif de photographes « Bruxelles Pixels » s’est tenue du 4 au 19 décembre 2021 de 14h à 18h au centre d’arts pluriels ‘AUTONOMIE dans le cadre de « ZOOM, la quinzaine de la photographie à Bruxelles« .

The exhibition « Schieven Regards IV » organised by the photographer’s collective Bruxelles Pixels took place from 4 to 19 December 2021 from 2pm to 6pm at the arts centre ‘AUTONOMIE as part of ZOOM, la quinzaine de la photographie à Bruxelles.

Follow us on Facebook / Follow us on Instagram / Register to our Mailing List

Bruxelles Pixels remercie pour leur soutien / Bruxelles Pixels thanks for their support :
Ars Varia, la COCOF, ZOOM la quinzaine de la photographie de Bruxelles, Mikemuka, ‘AUTONOMIE, Colorfields & Artesio

@bruxellespixels #schievenregards #makebrusselstofagain @mikemuka_photolab #cocof
@arsvaria @autonomie_brussels @artesio_bruxelles @colorfields_

#photographie #photo #bruxelles #brussels #brussel #exposition #exhibition #tentoonstelling #decembre #december #2021 #foto

Make Brussels Tof Again !


Schieven Regards IV – Angel Castillo Perona : « Quand la lumière caresse Bruxelles »

STATEMENT

Ángel is a digital photographer and loves living in the city and getting around on foot or by public transport. The urban environment has always been where he likes living, therefore streets of any city or village are the scene of his photography. He aims to capture the essence of natural elements in urban settings or the city dwellers passing by.

He produces photography using in-camera techniques such as multiple exposure, Bokeh or reflections. The use of these techniques combined with his love of Avant-Gard art (specially Impressionism), provide an intriguing perspective in his photography that blurs the line with painting.

With his camera he portraits a world with no troubles, full of light-hearted vivacity, vibrant colours and light. There is a lot of reality in his work, although it appears transformed in the eyes of any viewer, making them to question what they actually see.

Ángel embraces photography as a discipline to explore his creativity but also as the best ‘tool’ to be present in the moment and produce a mindfulness state of mind. His style is in line with a type of photography that produces an emotional impact for his senses, where the form and especially the colour are the key elements in the production of his work.

BIO

Ángel Castillo Perona was born (1975) and raised in Madrid and he is currently based in Brussels (2006) and also, he has a strong link with London since his partner lives there.

He studied law at the University in Madrid, but without finally acquiring a strong vocation and without ending up working as a lawyer. Since 2006 he has a contract with the Permanent Representation of Spain to the European Union in Brussels, where he happily lives and where he began to discover photography. He has always been very passionate about images though, which he particularly discovered through films and he began to explore it in a more committed way when he bought his first SLR camera in 2010. His first exhibition was in 2019 under the name Impressions and Contrast’ organised by the Spanish Embassy to the Kingdom of Belgium, a starting point to growing as an artist.

Ángel has participated in numerous exhibitions throughout Europe.

Quand la lumière caresse Bruxelles 

Bruxelles fait une pause et se débarrasse de son éternelle rudesse automnale lorsqu’elle se laisse caresser par la lumière du soleil. Elle nous montre ensuite un côté plus doux qui commence à inonder nos sens de couleurs et d’espoir. Tout devient plus détendu, plus calme et nous faisons plus attention à ce qui nous entoure. Les tons ternes s’évaporent et laissent place à une ville à laquelle nous aspirons et que nous souhaitons voir devenir éternelle. Les jours de pluie prennent enfin un sens et deviennent l’attente qui nous fera vivre des moments indélébiles dans une ville qui ne semble pas se reposer non plus. Lorsque la lumière caresse Bruxelles, nous voulons en faire partie pour toujours et il n’y a pas de couleur qui n’émerge, pas de sourire qui n’apparaisse. Bruxelles rayonne et devient un tableau impressionniste qui déborde de vitalité et de couleurs.

Cette sélection de photos démontre que Bruxelles a une couleur surprenante lorsqu’elle est baignée de lumière.



L’exposition « Schieven Regards IV » organisée par le collectif de photographes « Bruxelles Pixels » s’est tenue du 4 au 19 décembre 2021 de 14h à 18h au centre d’arts pluriels ‘AUTONOMIE dans le cadre de « ZOOM, la quinzaine de la photographie à Bruxelles« .

The exhibition « Schieven Regards IV » organised by the photographer’s collective Bruxelles Pixels took place from 4 to 19 December 2021 from 2pm to 6pm at the arts centre ‘AUTONOMIE as part of ZOOM, la quinzaine de la photographie à Bruxelles.

Follow us on Facebook / Follow us on Instagram / Register to our Mailing List

Bruxelles Pixels remercie pour leur soutien / Bruxelles Pixels thanks for their support :
Ars Varia, la COCOF, ZOOM la quinzaine de la photographie de Bruxelles, Mikemuka, ‘AUTONOMIE, Colorfields & Artesio

@bruxellespixels #schievenregards #makebrusselstofagain @mikemuka_photolab #cocof
@arsvaria @autonomie_brussels @artesio_bruxelles @colorfields_

#photographie #photo #bruxelles #brussels #brussel #exposition #exhibition #tentoonstelling #decembre #december #2021 #foto

Make Brussels Tof Again !


Schieven Regards III : Spotted by Locals en parle

Spotted by Locals est une communauté de bloggers présente dans plus de 80 villes dont Bruxelles.
Maria Alice Ferigo a visité l’exposition « Schieven Regards III » en octobre 2020 à la galerie Passerelle Louise et a souhaité faire un article sur les trois projets consacrés au confinement.

Un grand merci à elle pour ce splendide témoignage que vous pouvez découvrir sur le site de Spotted by Locals.

Schieven Regards III : Thomas et Julian sont les photographes invités de cette édition 2020

L’exposition Schieven Regards III accueil cette année, en plus des 5 photographes résidents, deux photographes invités : Thomas Vanoost et Julian « Hools » Hills.

Thomas Vanoost

Projet : Instabilités

Né en 1982, Thomas Vanoost est un artiste belge utilisant la photographie comme support et travaillant à Bruxelles. Diplômé d’une école de photographie en 2002, il a en parallèle étudié la philosophie, la sociologie et la finance avant de poursuivre une carrière dans le secteur financier. À la suite d’une remise en question existentielle, il se consacre depuis 2015 à son activité de photographe. Profondément influencé par son background en philosophie, son travail cherche à interroger le rapport de l’humain à un monde chaotique en perpétuel mouvement. 

Julian Hills

Projet : « Terdelt Confiné »

Julian Hills – “hools” -, est un photographe autodidacte anglais vivant à Bruxelles, il se dévoue essentiellement à la photographie sociale et caritative.
Au cours des reportages qu’il effectue, ce sont les rencontres avec toutes les personnes présentes – bénévoles, bénéficiaires, … – qui le stimulent, l’enthousiasment, le touchent. Dans l’échange, il trouve des émotions qu’il affectionne et qui l’inspirent.
Il collabore avec des associations telles que ATD Quart monde, Au-delà des Nuages, La fondation contre le cancer, Make a Wish, Bikers for Children, Justine for Kids, Down syndrome foundation, Nos Pilifs, Fondation Lou, Le Huitième Jour, …
Il a publié un livre “ordinary people” en 2017 et a eu de nombreuses expositions depuis 2013.



L’exposition « Schieven Regards III » organisée par le collectif de photographes « Bruxelles Pixels » s’est tenue en octobre 2020
à la galerie « Passerelle Louise ».

Follow us on Facebook / Follow us on Instagram / Register to our Mailing List

Les photographes remercient Colorfields, la COCOF, Mikemuka et Ars Varia pour leur support.

#bruxellespixels #schievenregards #makebrusselstofagain #mikemuka #colorfields_ #cocof #arsvaria


Schieven Regards III – Julian Hills : « Terdelt Confiné »

A propos de moi

Je suis Julian Hills – “hools” -, photographe autodidacte anglais vivant à Bruxelles, je me dévoue essentiellement à la photographie sociale et caritative.

Au cours des reportages que j’effectue, ce sont les rencontres avec toutes les personnes présentes – bénévoles, bénéficiaires, … – qui me stimulent, m’enthousiasment, me touchent. Dans l’échange, je trouve des émotions que j’affectionne et qui m’inspirent.

Je collabore avec des associations telles que ATD Quart monde, Au-delà des Nuages, La fondation contre le cancer, Make a Wish, Bikers for Children, Justine for Kids, Down syndrome foundation, Nos Pilifs, Fondation Lou, Le Huitième Jour, …

J’ai publié un livre “ordinary people” en 2017 et j’ai eu plus de nombreuses expositions depuis 2013.

Terdelt confiné

Lors du confinement en mars j’ai vite ressenti le besoin de photographier autre chose que mes chats et mon jardin….

Je vis dans une sympa cité-jardin et via l’association du quartier, j’ai envoyé un appel à mes voisins, leur proposant que je passe devant chez eux les photographier à leur porteou fenêtres; enregistrant ainsi une trace de cette période si particulière.

Beaucoup ont répondu à l’appel et j’ai eu un immense plaisir à passer dans les rues de mon quartier – parfois que je ne connaissais pas – et surtout d’avoir des sympathiques échanges et rencontres.

Lire l’article consacré au projet dans le journal communal de Schaerbeek …



L’exposition « Schieven Regards III » organisée par le collectif de photographes « Bruxelles Pixels » s’est tenue en octobre 2020
à la galerie « Passerelle Louise ».

Follow us on Facebook / Follow us on Instagram / Register to our Mailing List

Les photographes remercient Colorfields, la COCOF, Mikemuka et Ars Varia pour leur support.

#bruxellespixels #schievenregards #makebrusselstofagain #mikemuka #colorfields_ #cocof #arsvaria


Schieven Regards III – Thomas Vanoost : « Instabilités »

Né en 1982, Thomas Vanoost est un artiste belge utilisant la photographie comme support et travaillant à Bruxelles. Diplômé d’une école de photographie en 2002, il a en parallèle étudié la philosophie, la sociologie et la finance avant de poursuivre une carrière dans le secteur financier. À la suite d’une remise en question existentielle, il se consacre depuis 2015 à son activité de photographe. Profondément influencé par son background en philosophie, son travail cherche à interroger le rapport de l’humain à un monde chaotique en perpétuel mouvement. 

Instabilités 

L’exposition est constituée de 5 photographies en expositions multiples prises entre 2016 et 2019, sélectionnées car elles fonctionnent particulièrement bien ensemble. 

Ce travail photographique en exposition multiple explore le thème de la ville et de ses habitants, ce qui en soit n’est pas particulièrement original. Ce qui fait cependant la spécificité de cette approche, c’est qu’elle cherche à exprimer visuellement le mouvement constant, l’instabilité et l’impermanence de la vie au coeur des grandes métropoles. 

Ma démarche photographique trouve ses sources dans l’ontologie, la branche de la philosophie qui s’intéresse à la nature de l’être, et dans la phénoménologie, qui s’intéresse entre autres à la façon dont le monde se donne à percevoir. Sans entrer dans les détails ni utiliser trop de jargon, je voudrais cependant donner quelques clés de lecture pour expliquer mon approche. 

Le concept central autour duquel s’articule cette série est l’idée selon laquelle toute réalité est intrinsèquement chaotique et instable. Cette vision du monde comme traversé par un mouvement éternel de changement n’a rien de nouveau en philosophie. Héraclite d’Ephèse l’avait déjà formulée au Ve siècle avant Jesus Christ, à travers le concept de « pantha rei », expression qui signifie littéralement « toutes les choses coulent » et qui exprime l’idée d’un monde en mouvement perpétuel. Aujourd’hui, ce concept reste plus que jamais d’actualité. Pour le meilleur et pour le pire, nous vivons dans un monde en changement, qui évolue tellement rapidement que nous ne parvenons pas toujours à en suivre le rythme. Et cependant, nous, êtres humains, avons tendance à le percevoir comme quelque chose de relativement stable et permanent. 

Cette dichotomie est tout à fait paradoxale. D’une part, la réalité se donne à percevoir comme relativement fixe et immuable, alors que d’autre part nous pouvons voir et ressentir le mouvement partout autour de nous. 

Mon travail en expositions multiple Instabilités cherche à rétablir un certain équilibre en tentant d’exprimer visuellement ce chaos, cette instabilité de l’existence. En travaillant les expositions multiples, c’est à dire en photographiant la même scène de ville à travers la temporalité, et en construisant mes images selon le mode du mouvement, je cherche à transmettre cette impression de « pantha rei »



L’exposition « Schieven Regards III » organisée par le collectif de photographes « Bruxelles Pixels » s’est tenue en octobre 2020
à la galerie « Passerelle Louise ».

Follow us on Facebook / Follow us on Instagram / Register to our Mailing List

Les photographes remercient Colorfields, la COCOF, Mikemuka et Ars Varia pour leur support.

#bruxellespixels #schievenregards #makebrusselstofagain #mikemuka #colorfields_ #cocof #arsvaria


The Bulletin : Seven of our favourite Instagrammers to follow in Brussels

« The Bulletin : The platform for Belgium’s international community » met à l’honneur sept photographes et leur page Instagram en ce mois de janvier 2020.

Parmi ces sept Instragrammers nous pouvons retrouver :